Archives par étiquette : docteur

MERCI DOCTEUR

Le ciel m’est témoin que je ne vous ai pas épargné, Cher Docteur ROIG, et que je n’ai pas été le dernier à vous moquer amiablement.

Lorsque, par exemple, le Président ESCLOPE vous donnait la parole en fin d’Assemblée Générale de la Fédération Départementale des Chasseurs, ou que vous assuriez bénévolement un cours tout à fait informel lors de la formation du brevet Grand Gibier.

Combien de fois ai-je fui de la prestigieuse boutique de notre ami Joël lorsque je vous voyais arriver, sachant que nous en avions pour la matinée, à vous voir monopoliser la parole et capter notre attention bien vite en fuite vers des contrées lointaines où vivent les isards, les brocards et les cerfs… !

Et tout cela, Cher Docteur, parce que vous ne saviez pas communiquer et que vous ne l’avez jamais appris.

Vous avez effrayé des générations de candidats au brevet Grand Gibier qui ne comprenaient pas grand-chose de votre voix rocailleuse, de pur catalan, et semblaient statufiés devant un homme successivement stomatologiste, professeur à la Faculté de MONTPELLIER, ancien résistant pendant la dernière guerre, ancien international de rugby et enfin, adepte des beautés néo-frontalières…

Les chasseurs en assemblées générales, non plus, ne vous ont pas épargné, en conspuant votre montée à la tribune par des rires aussi sarcastiques qu’inconvenants.
O o O

Et pourtant, Cher Docteur, c’est vous qui aviez raison …
O o O
C’est vous qui, le premier, avez tenté d’attirer l’attention des chasseurs sur le danger des tiques.

C’est vous qui, le premier, avez expliqué qu’elles véhiculaient un mal d’une rare dangerosité : la maladie de Lyme.

C’est vous qui, le premier, avez affirmé que la plupart de vos confrères médecins, hospitaliers ou pas, ne connaissaient pas les symptômes de cette maladie et ne faisaient donc pas pratiquer les tests idoines.

C’est vous qui, le premier, avez indiqué que les explorations pratiquées à PARIS par les laboratoires français n’étaient pas fiables.
Pour toutes ces raisons, où vous avez eu mal d’avoir raison, permettez-moi au nom de la communauté cynégétique qui, j’en suis sûr, ne me contredira pas, de vous présenter nos excuses.

Votre travail, vos recherches reprises et accaparées par des tiers, ont permis et permettront, j’en suis sûr, de sauver de nombreuses vies.

J’engage l’ensemble des goujats et des profiteurs d’idées qui écrivent sur la maladie de Lyme dans des revues scientifiques et, parfois même dans des revues cynégétiques, à faire preuve d’un minimum d’honnêteté intellectuelle en citant, au fronton de leurs articles, votre nom.
Pour tout ce que vous avez fait pour nous, …merci Docteur !

Maître Franck MEJEAN