RESIDENCE ALTERNEE, UN COUP A GAUCHE, UN COUP A DROITE : NOUVEAU BOULEVERSEMENT DE JURISPRUDENCE DEVANT LA COUR D’APPEL DE MONTPELLIER

Au mois de juillet 2014, je vous avais informé d’un spectaculaire changement de jurisprudence à MONTPELLIER concernant la résidence alternée.

 

Pendant des années, des dizaines de jurisprudences s’étaient accumulées rejetant les demandes de résidence alternée au motif que les parents ne s’entendaient pas et partant ne pouvaient vivre une alternance de leurs enfants.

 

Non seulement cet argument était contraire à la Loi puisque l’accord des parentes n’est en aucun cas prévu par les dispositions du texte du 4 mars 2002 mais, il était singulièrement inopérant dans la mesure où il est raisonnable de penser que, lorsque des parents se séparent dans l’harmonie, ils n’ont besoin de personne pour gérer l’avenir de leurs enfants.

 

La Cour d’appel de MONTPELLIER en juillet 2014 devait aller plus loin en déclarant :

 

« Il sera relevé que le conflit conjugal, l’absence de dialogue entre père et mère ne saurait préjudicier aux intérêts des enfants qui doivent pouvoir maintenir des liens avec chacun de leurs père et mère dont les domiciles sont proches et les capacités éducatives non discutées.

Que la médiation ordonnée après accord des parties a vocation conformément aux dispositions de l’art. 373-2-10 du Code Civil à faciliter la recherche par les parents d’un exercice consensuel de l’autorité parentale et que les parties qui persistent à s’imputer des griefs concernant la relation conjugal et se reprochent mutuellement d’influencer leurs enfants doivent pouvoir les préserver du conflit et non les y impliquer… »

 

 

Et mon Cabinet fervent partisan de l’alternance de se réjouir au travers d’une chronique tout en modulant cet arrêt.

 

En effet, à l’époque, je m’étais interrogé sur la nature même de l’affaire dans laquelle c’était le père qui avait la domiciliation principale et la mère qui demandait la résidence alternée.

 

Je posais très simplement, et en toute simplicité, la question de savoir si la décision aurait été la même si la situation avait été inversée.

 

J’ai une amorce de réponse……

 

Dans une décision, la Cour modifie sa jurisprudence.

 

La composition n’était pas la même, mais la situation du dossier très comparable.

 

Les domiciles du père et de la mère étaient très proches. Il n’était pas question de changer les enfants d’école.

 

Contrairement à ce que la Cour avait compris et qu’elle rappelle dans son arrêt, le dialogue entre le père et la mère s’était apaisé, même si, de temps à autre, il pouvait y avoir quelques frictions.

 

Mais pourquoi s’en offusquer puisque dans une décision rendue précédemment, la Cour considérait que la résidence alternée était un facteur d’apaisement.

 

Et bien non : autres magistrats, même Cour, autre décision :

 

« Mais la résidence alternée nécessite un minimum d’entente entre les parents, surtout quand les enfants sont encore très jeunes (mêmes âges que les précédents), ce qui est le cas en l’espèce, afin d’adopter une organisation au quotidien de la vie des enfants.

 

Or, il n’existe aucun dialogue de nature à apaiser la relation entre le père et la mère.

 

Au contraire, le conflit est ici important, notamment exacerbé par un conflit relatif au bien indivis et au paiement du crédit et par des faits de violence révélés par l’épouse ayant entraîné une condamnation du père par le Tribunal Correctionnel de MONTPELLIER ………, étant souligné que les parents ( il n’y a jamais eu de condamnation) ne sont d’accord sur rien et dénoncent chacun, de manière virulente, le comportement, le mode de vie et les méthodes éducatives de l’autre et le mauvais suivi des soins et choix médicaux…

 

Faute d’un consensus à minima indispensable, il n’est donc pas dans l’intérêt des enfants que leur résidence soit fixée en alternance chez chacun des parents et le jugement sera confirmé en ce qu’il a fixé la résidence des enfants chez la mère. »

 

Et ce paragraphe en rajoute une couche sur le comportement des parents qui, bien au contraire, avait démontré par la production de leurs attestations qu’ils avaient mis de côté leur rancune et qu’ils s’étaient rapprochés, dans l’intérêt de leurs enfants.

 

Si effectivement il y a eu des moments de tension, comme je l’ai déjà précédemment indiqué, le père n’a jamais été condamné.

 

Tout au plus, si je me souviens bien, il a fait l’objet d’un rappel à la loi.

 

Nous ne sommes donc pas au sein d’un couple en train de s’entretuer, mais il fallait évidemment, pour rejeter la résidence alternée, que le tableau soit le plus noir possible.

 

Mais, j’oserais dire que, en reprenant ce bon vieux proverbe populaire « lorsque l’on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage ».

 

 

J’ai conseillé à mon client de faire un pourvoi en cassation.

 

Il réfléchit, car n’ayant pas droit à l’aide juridictionnelle, il estime que l’investissement est très lourd et il n’a pas tort.

 

J’avoue que je respecte les décisions rendues par les magistrats devant lesquels je plaide, tant devant les Tribunaux de Grande Instance que devant les Cours d’appel, mais j’aimerais qu’une bonne fois pour toute, la plus haute juridiction de France nous dise le droit.

 

Pensera-t-elle comme moi qu’à aucun moment le législateur du 4 mars 2002 n’a entendu subordonner la résidence alternée à un accord total des parents, comme au pays des bisounours.

 

Ou bien la résidence alternée, avec cet article subsidiaire qui suit celui qui l’instaure et qui prévoit la possibilité de la mettre en œuvre pour une période probatoire de 6 mois, n’entend pas subordonner sa mise en œuvre à l’accord des parents.

 

Pourquoi d’ailleurs une telle mesure restrictive pour la résidence alternée qui engendre quatre changements de domicile par mois pour une semaine, alors que pour les droits de visite et d’hébergement des plus classiques, ordonnés devant la majorité des instances judiciaires françaises, à savoir un week-end sur deux et un milieu de semaine sur deux, ce qui conduit à quatre déménagements par mois pour 24 heures, voire 48 heures, personne n’a jamais demandé que les parents soient d’accord.

 

N’hésitez pas à me faire part de vos réflexions sur ces deux affaires car plus nous serons nombreux à poser la question, plus nous aurons des chances que, faute de Cour de Cassation, le législateur s’empare du problème et règlemente, une bonne fois pour toute, les conditions de mise en œuvre de la résidence alternée.

 

Parce qu’il faut que vous soyez bien convaincus que si vous vivez à Paris, à Aix-en-Provence, à Marseille, à Bordeaux, à Lyon, à Tourcoing, à Brest, à Strasbourg ou à Perpignan, vous n’aurez absolument pas pour un même dossier les mêmes décisions.

 

Je me demande ce que les grands philosophes, dont les écrits sont le fondement de notre justice, penseraient d’une telle situation.

 

 

                                                                         Franck MEJEAN

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *